Le modèle québécois d’intégration culturelle est à préserver

Dans un monde traversé par la diversité, il est devenu irresponsable de proposer des modèles de gouverne sans égard pour la pluralisation identitaire. Les tenants du républicanisme – et ce, tant chez les fédéralistes canadiens que chez les souverainistes québécois – ainsi que les défenseurs du fédéralisme mononational n’ont de cesse de s’opposer à l’émergence de formes plurielles identitaires institutionnellement constituées ou symboliquement représentées. Ils considèrent celles-ci comme des coquetteries susceptibles de mobiliser les communautés contre l’État et ainsi d’éroder le ciment qui lie tous les citoyens à un seul projet communautaire.

Les modèles dominants de l’Étatnation, de type unitaire français et de type fédéral américain ou canadien, pèchent par leur manque de flexibilité et par leur fermeture à tous projets identitaires perçus comme dissonants, susceptibles de remettre en question les fondements même de l’État déjà constitué.

Publié dans Articles de journaux, Publications.